Imaginer un monde nouveau, concevoir des solutions alternatives, disrupter les marchés, sortir des sentiers battus, résoudre des problèmes complexes… La créativité est une compétence de plus en plus convoitée dans le monde professionnel. Heureusement pour nous, tout le monde est capable de développer son potentiel créatif, et ce, à n’importe quel moment de sa vie.

Pourquoi développer sa créativité ?

Contrairement aux idées reçues, les personnes créatives sont extrêmement sollicitées, tant dans leur vie personnelle que professionnelle. En effet, si les profils créatifs occupent une bonne place dans les milieux artistiques notamment, ils sont aussi très recherchés dans d’autres domaines qui, en apparence, ne requièrent quant à eux aucune compétence dite créative ; nous pensons notamment au secteur bancaire, financier et informatique, entre autres. Et cela se justifie amplement pour la simple et bonne raison que les créatifs ont des atouts atypiques leur permettant de s’intégrer facilement dans des environnements complexes et variables.

On peut notamment leur attribuer une aisance pour trouver des solutions originales, une facilité à résoudre des problèmes complexes, une ouverture et une curiosité insatiable pour le monde, une capacité à s’adapter et à rebondir aux moindres changements, une facilité à chasser les doutes et les incertitudes rapidement grâce à un état d’esprit singulier. C’est pourquoi développer sa créativité est primordial de nos jours. Et bonne nouvelle, celle-ci n’est pas un don : elle se cultive… Voyons donc comment faire !

Osez la confiance

Si nous avons tous un potentiel créatif qui sommeille en nous, nous sommes en revanche bien différents lorsqu’il s’agit de le porter à la vue des autres, surtout lorsque l’on manque de confiance en soi. Et cela est d’autant plus vrai que la création de manière générale est un processus délicat dans lequel se mêlent plusieurs éléments tels que les sentiments, l’histoire personnelle, l’ego, l’investissement en temps, etc.

En d’autres termes, chaque fois qu’une personne crée quelque chose — que ce soit un bien palpable (un objet, un dessin) ou non (une idée, une musique) — elle y dépose conjointement une partie d’elle-même. En quelque sorte, nous ne pouvons pas être en dehors de notre propre création, nous ne sommes qu’un. Du moins, c’est l’idée que beaucoup de personnes s’en font !

Cela explique alors pourquoi la critique est tant redoutée par les personnes créatives. Pour passer outre cela, il est donc nécessaire de travailler l’estime de soi afin de ne pas inhiber son potentiel créatif à cause du regard des autres. Et s’il y a bien des choses qui ne se discutent pas, c’est bien la créativité…

Cultivez votre imagination

Comme un muscle, la créativité se travaille… Alors peut-être me direz-vous que la plupart de vos idées créatives proviennent de fulgurances bien senties qui vous sont parvenues un peu au hasard… Certes, nous avons tous eu un jour des idées incroyables sans avoir d’ailleurs eu besoin de faire le moindre effort pour cela ! Mais le fait est que la plupart des créatifs, qu’ils soient amateurs ou professionnels, développent leur créativité en sollicitant durement leur imagination. C’est pourquoi il est nécessaire de s’accorder des temps de repos au sein desquels votre esprit pourrait vagabonder. Plus vous serez régulier, plus votre imagination sera riche et féconde.

Des chercheurs canadiens ont d’ailleurs démontré que le cortex préfrontal moyen est plus actif lorsque le sujet est en phase de repos. Ainsi, plutôt que de ralentir l’activité cérébrale, laisser l’esprit s’évader permet au contraire de stimuler certaines fonctions cognitives, comme le langage, la mémoire, le raisonnement, ainsi que plusieurs fonctions exécutives. Cette étude est probablement l’une des plus grandes découvertes neuroscientifiques de la décennie précédente : elle prouve que rêvasser n’est pas contre-productif. Au contraire, s’abandonner au songe nous rend plus efficaces pour résoudre des problèmes complexes, élaborer des stratégies ou régler des conflits.

À ce sujet, sachez que Steve Jobs se laissait souvent aller aux flâneries et à la procrastination, selon les dires d’Adam Grant — un éminent professeur de management. Cela lui permettait notamment de faire émerger des idées atypiques plutôt que de foncer bille en tête dans les premières venues, jugées, elles, plus conventionnelles.

Revenez dans le passé

On aurait tort de ne pas se servir de nos expériences passées pour développer notre créativité. En effet, quels que soient notre parcours de vie et notre âge, nous avons tous vécu des expériences personnelles et professionnelles qui nous ont marqués. Ces expériences, aussi infimes soient-elles, sont particulièrement intéressantes pour trouver des éléments sur lesquels s’appuyer. Elles sont des sources d’inspiration pour relancer la « machine créative ». Parfois, les idées les plus créatives sont simplement des améliorations ou des mises à niveau de faits antérieurs. Le passé est donc un puissant créateur pour peu que l’on sache bien s’en servir.

Utilisez le mind mapping

Le mind mapping, plus communément appelé carte heuristique, est une solution efficace pour développer sa créativité. Cela consiste à fixer un point central (un mot, une image) au sein duquel plusieurs branches (des idées) vont naître, lesquelles vont également produire d’autres idées, etc. L’objectif est donc de partir d’une problématique pour développer tout un écosystème autour pouvant aboutir à l’éclaircissement du problème posé. Cette technique se pratique sur une feuille de papier ou par l’intermédiaire d’un logiciel spécifique. Fait régulièrement, le mind mapping permet de faire travailler le visuel et l’écrit, ce qui génère pour la plupart des personnes d’excellents résultats en matière de créativité.

Soyez vous-même

Exprimer sa créativité ne peut se faire pleinement qu’en étant soi-même. Pour cela, il est nécessaire de se reconnecter avec son être intérieur. En somme, cultivez votre différence, renouez avec vos émotions, libérez vos pulsions créatives, mais ne jouez pas un jeu. Ne soyez pas l’avatar de vous-même et ne devenez pas celui que les autres pensent que vous êtes. Une bonne technique consiste à réveiller l’enfant qui sommeille en vous. Pour ce faire, rien de mieux que d’avoir des activités ludiques qui vous remplissent de joie : sensation essentielle pour stimuler le processus créatif.

Osez braver l’inconnu

Les personnes qui manquent de créativité sont souvent celles qui restent dans leurs zones de confort. Or l’on sait maintenant que l’ouverture vers l’inconnu est pleinement constitutive du mécanisme créatif. L’inconnu est un moyen de sortir du cadre rationnel, lequel permet de connaître à l’avance et donc de prévoir… Et nous savons pertinemment que tout ce qui est connu d’avance rassure. Hélas, tant que l’on reste dans cette « structure », l’imaginaire ne peut pleinement se développer.

C’est pourquoi aller vers l’inconnu — c’est-à-dire au-delà du cadre rationnel — est nécessaire pour renouveler ses vieux schémas de pensée. Pour cela, des moyens très simples peuvent être utilisés comme choisir un plat différent de celui que vous prenez habituellement dans votre restaurant favori, partir en vacances dans un pays totalement inconnu pour vous, entreprendre des activités différentes de celles qui vous occupent chaque jour, rencontrer des personnes d’un milieu social différent. En somme, tout ce qui vous permettra d’aller au-delà de vos peurs, de vos idées préconçues, de vos limites sera bénéfique pour vous et finira par donner plus de consistance à votre créativité.

Soyez curieux !

Jean Cottraux, psychiatre et membre fondateur de l’Académie de thérapie cognitive de Philadelphie, a écrit un livre sur le sujet pour le moins éclairant — À chacun sa créativité, éd. Odile Jacob. Dans ce dernier, Jean Cottraux explique que la curiosité fait partie intégrante du processus créatif. En d’autres termes, chercher l’inspiration chez les autres n’a rien de contre-productif, à condition toutefois de ne pas copier. Il s’agit en réalité d’être curieux et de s’informer en permanence sur ce qui suscite notre intérêt. Le but étant d’agréger tout un tas d’informations pour en faire un traitement personnel. C’est un peu comme fabriquer un objet à partir de plusieurs matières différentes. Ainsi, rien ne vous empêche de vous inspirer des travaux des autres ou de garder en mémoire des réflexions que vous avez jugées intéressantes, pourvues que toutes ces données collectées vous aident à émanciper votre réflexion, laquelle aura tellement d’attaches différentes qu’elle pourra s’appuyer sur de nombreux éléments pour créer et innover.

Pour conclure sur ce sujet, il n’existe pas aujourd’hui une méthode universelle pour développer sa créativité. Elle reste, comme les études scientifiques peuvent en attester, un domaine encore peu connu et relativement complexe à mettre en œuvre. C’est pourquoi vous devez être ouvert aux propositions et expérimenter encore et toujours. Et qui sait, à force d’itérations, peut-être trouverez-vous vous-même d’autres méthodes plus fructueuses.

Filter